Facilitez-vous la rando avec RandoPass et GR @ccess ! GO!
Mon GR®

Le site de la
Randonnée Itinérante

GR® 20 : à travers les hautes montagnes

Département
Corse
Durée
4 jours
Niveau
Expert
Environnement
Montagne
  • Jour 1
  • Jour 2
  • Jour 3
  • Jour 4
  • En bref
  • Conseils
  • Infos pratiques

Quatre jours de randonnée en Corse sur le plus fameux et le plus sportif des sentiers de grande randonnée. Sublime au regard, fort en sensations, le GR® 20 nous fait évoluer, dans sa partie nord, en ambiance haute montagne. Lacs joyaux de Ninu et Melu, brèche de Capitellu et Monte d’Oru sont les temps forts de cette escapade « Fra li monti ».

Journaliste mordu de la rando itinérante et de la marche athlétique, Pascal Leygoute a sillonné toutes les régions de France et la quasi-totalité des GR®. De la Corse au Queyras, des Vosges au Mercantour, en passant par les Pyrénées, la Bretagne ou le Cotentin, il arpente les plus beaux itinéraires sac au dos et la plume en alerte, toujours émerveillé du spectacle de la nature.
Jour 1

de Castellu di Verguio au refuge de Manganu

Randonnée sur le GR® 20, étape entre le refuge de Manganu et le Col de Verghio ou Castellu di Vergio, le lac Nino (1760m). © Michel CAVALIER / HEMIS

Randonnée sur le GR® 20, étape entre le refuge de Manganu et le Col de Verghio ou Castellu di Vergio. © Michel CAVALIER / HEMIS

En partant de Castellu di Vergio (1 404 m), on plonge dans la forêt de Valdu Niellu, avant qu’une montée en lacets nous dépose à Bocca San Petru (1 452 m). Puis on suit un antique chemin muletier qui joue au funambule sur la crête de Serra San Tumasgiu, avant d’atteindre Bocca a Reta (1 883 m) et enfin arriver en vue du lac de Ninu (1 760 m). Vision inoubliable d’un fragment de verte Irlande égaré au cœur de la montagne corse.

Tout autour du lac, étape clé de votre randonnée en Corse, au milieu des pozzines, des ruisselets serpentent à travers un vert gazon où broutent vaches, veaux et chevaux, tandis que des cochons sauvages fouillent le sol. Un des plus beaux sites du GR® 20 s’ouvre sous nos yeux. Suit un chemin agréable qui s’en va flirter avec le Tavignanu, le deuxième fleuve de Corse ici à peine naissant.

De vieux hêtres sculptés par le temps et le vent montent la garde en rangs serrés. On arrive aux bergeries de Vaccaghja (1 568 m). Ici, quelque 150 chèvres « capra corsa », la race caprine corse, s’ébattent en journée dans la montagne, alors que le chevrier (« capraghju ») fabrique 1 500 fromages dans sa saison d’estive, du brocciu au fromage affiné et fort en goût. Encore une quarantaine de minutes pour atteindre le refuge de Manganu (1 601 m), en franchissant la ligne de partage des eaux à Bocca d’Acqua Ciarnente.

Zoom sur

Les pozzines

Si vous suivez le fil du GR® 20, vous ne pouvez pas les rater. Elles déroulent autour du lac Ninu le velours d’un tapis vert et dessinent une étrange mosaïque. Le tout formant l’un des plus beaux sites naturels de l’île. Les pozzines sont des pelouses d’altitude, tourbières acides au sous-sol imperméable, situées entre 1 700 et 2 200 mètres, qui dateraient de 14 000 ans. Sur ces formations gazonnées, prospèrent de petites espèces végétales remarquables : racines de graminées, carex et joncs. Et si ces nombreux trous, ou « pozzi » (« puits » en langue corse), souvent profonds, sont dangereux pour le bétail, elles font le plaisir du randonneur. Mais attention ! Particulièrement fragiles, elles doivent être absolument respectées. Le bivouac sur place est strictement interdit, comme dans tout le Parc naturel régional, d’ailleurs.

Le lac Nino (1 760m) et ses pozzines. © Lionel MONTICO / HEMIS

Le lac Nino (1760m) et ses pozzines. © Lionel MONTICO / HEMIS

Jour 2

du refuge de Manganu au refuge de Ptera Piana

Randonnée sur le GR® 20, l'étape entre le refuge de Petra Piana et le refuge de Manganu, les lacs Capitellu et Melo. © Franck GUIZIOU / HEMIS

Randonnée sur le GR® 20, l'étape entre le refuge de Petra Piana et le refuge de Manganu, les lacs Capitellu et Melo. © Franck GUIZIOU / HEMIS

Un morceau de roi au programme de cette étape du GR® 20 Nord : la brèche de Capitellu (2 225 m) et ses crêtes de haut vol. Après une première montée bienveillante, on entre dans le vif du sujet à travers rochers et pierriers pour effacer d’un trait 300 mètres de dénivelé.

En levant la tête, on aperçoit la petite lucarne tout en haut. Les jambes forcent à chaque enjambée. Des cairns renforcent le balisage. Enfin la brèche se dessine, étroite, austère et à la fois de toute beauté. Capitellu est le point le plus haut franchi par le GR® 20.

Une fois au sommet, la vue nous récompense au centuple de nos efforts. Juste en dessous de nous, Capitellu et Melu, deux des lacs joyaux de la montagne corse. Capitellu est le plus profond de tous (42 m), « un bénitier » entouré de falaises de plus de 200 mètres. On contourne les deux lacs par une arête jusqu’à Bocca a Soglia (2 052 m).

Dans une chaleur proche de la fournaise, on poursuit en chemin de crête pour rallier Bocca Rinosa (2 150 m), suivie de Bocca Muzzella (2 206 m).

Ces paysages aériens nous rappellent combien ces montagnes corses sont belles, rudes et généreuses. Une descente pierreuse et l’on pousse jusqu’à un petit plateau herbeux où apparaît le refuge de Petra Piana (1 842 m).

Jour 3

du refuge de Petra Piana au refuge de l’Onda

Le Brocciu est un fromage fait à partir de lait de chèvre ou de lait de brebis, il peut être frais ou dit passu. © Christophe BOISVIEUX / HEMIS

Le Brocciu est un fromage fait à partir de lait de chèvre ou de lait de brebis. Il peut être frais ou dit passu. © Christophe BOISVIEUX / HEMIS

Cette étape de notre randonnée en Corse donne le choix entre deux itinéraires : soit par les crêtes (en 3 h 30) au fil d’une variante (déconseillée en début de saison) pour les affamés de hauteurs ; soit par l’itinéraire officiel (4 h 50) en vallée. Nous prenons la descente pour gagner très vite les bergeries de Ghjalgu (1 609 m).

Le sentier s’entoure de beaux murets, des moutons bêlent à notre passage. Vision pastorale qui change des arêtes et crêtes de la veille où dominait la roche brute et nue. On traverse les ravins de Tribali, de Giorgino…

Il est encore tôt quand apparaît la bergerie de Tolla (1 011 m, petit ravitaillement), tel un îlot paradisiaque peuplé d’ânes de bât et de bergers aux fromages appétissants.
Repas sur le pouce, aux bonnes saveurs corses, moment de bonheur simple qui nous ferait presque oublier qu’il reste du chemin à faire.

La journée se poursuit à l’ombre des pins laricio, qui nous préservent des ardeurs du soleil.

Plus bas, on franchit la passerelle de Tolla, pour remonter le long du ruisseau Gruttaccia. Puis à travers une hêtraie pour gagner les bergeries de L’Onda, où flotte fièrement le drapeau corse, et enfin le refuge de l’Onda (1 430 m).

Jour 4

du refuge de l’Onda à Vizzavona

Forêt de Vizzavona, randonneur à la cascade des Anglais sur le GR® 20. © Franck GUIZIOU / HEMIS

Forêt de Vizzavona, randonneur à la cascade des Anglais sur le GR® 20. © Franck GUIZIOU / HEMIS

Images de crêtes dentelées, de parois d’un seul jet, de resserrements de la roche qui taillent des gorges abruptes. A peine sortis du refuge que déjà se dressent devant nous la Punta Muratellu (2 141 m), une des dernières difficultés du GR® 20 dans le sens nord-sud.

Ça commence par des lacets presque inoffensifs pour finir par une rude montée. Punta Muratellu s’offre à nous au terme de 2 heures d’ascension pour 700 mètres de dénivelée. Méfiance, car des orages lui tournent parfois au-dessus de la tête... Nous pensons avoir fait le plus dur. Mais en basculant versant sud, le sentier nous entraîne dans 1 200 mètres de dénivelée descente. Le sentier plonge en lacets à travers des barres rocheuses et d’énormes blocs rocheux. Des vaches équilibristes, nous regardent passer d’un air blasé.

Nous descendons sur la haute vallée de l’Agnone, dépassons des formations d’aulnes, avant d’atteindre la passerelle de Turtettu (1 410 m). Le sentier longe ensuite une succession de cascades et de trous d’eau, propices à la baignade, puis pénètre dans la forêt.

Cap sur la cascade des Anglais, où il n’est pas rare de croiser des baigneurs, serviettes jetées sur l’épaule, en sandalettes et maillots de bain. On tire la langue jusqu’à la gare de Vizzavona (920 m). Etape stratégique du GR® 20 en plein coeur de l'île, depuis laquelle les randonneurs peuvent s'attaquer à la partie sud, le village de Vizzavona est situé sur la ligne des Chemins de fer de la Corse qui relie Ajaccio et Bastia, et desservie par le célèbre petit train corse u Trinichellu. Au menu du soir en guise de récupération : soupe corse, omelette aux champignons, cannelloni au brocciu, gâteau à la farine de châtaigne...

 

Rédaction Pascal Leygoute pour MonGR.fr

Ce GR® en bref ...

Topoguide GR® 20 - À travers la montagne corseEn Corse, le GR® 20 est appelé « Fra li Monti » (« À travers la montagne corse ») parce que son cheminement d’environ 200 kilomètres, découpé en 16 étapes (de 4 h à 8 h), épouse le relief montagneux du nord-ouest de l’île au sud-est, de Calinzana à Conca.

Découpage : 4 étapes de 4 h 50 à 6 h 30.

 - 1ère étape (5 h 40) avec le lac Ninu pour joyau : +643 m / -446 m ;

- 2e étape (6 h 30) de montagne avec passage à 2 225 m et survol des lacs Capitellu et Melu : +830 m / -589 m

- 3e étape (4 h 50) plus douce par la vallée ou plus aérienne par les crêtes (variante) : +490 m / -902 m ;

- 4e étape (6 h 05) pour reprendre de la hauteur et tutoyer le Monte d’Oru perché à 2 389 m (variante), avant une longue descente pour finir : +711 m / -1 221 m. 

Conseilsavant de vous lancer

Caractéristiques :
Castellu di Vergio et le col de Vergio sont accessibles par la D18 et la D84 depuis Corte (60 km, liaison par autocar en été, 20 €). Vizzavona, terme de cette randonnée de 4 jours, est desservie par la ligne le Train Corse (« U Trinighellu » du Chemin de fer de la Corse) qui relie Bastia à Ajaccio (157 km), via Corte, Vizzavona et Bocognano.

Chaussures de randonnée : 
Il faut rappeler que la partie « cirque de la Solitude » (étape n° 4 du Topoguide®) a été débalisée et déséquipée par les agents montagne du Parc naturel régional de Corse, suite au drame survenu durant l’été 2015. L’ancienne variante pour contourner le cirque de la Solitude est devenue le GR® officiel : cette étape refuge d’Ascu Stagnu - refuge de Tighjettu « nouveau tracé » n’est pas pour autant de tout repos, elle est longue (8 h de marche), musclée en dénivelé (1 220 m montée, 1 000 m descente) et passe à 2 607 m d’altitude (pointe des Eboulis) au pied du Monte Cintu (ascension au sommet possible pour les plus endurants). Autant d’atouts ou de caractéristiques qui en font une étape soutenue et exigeante.

À mettre dans le sac à dos :
Il faut rappeler que la partie « cirque de la Solitude » (étape n° 4 du Topoguide®) a été débalisée et déséquipée par les agents montagne du Parc naturel régional de Corse, suite au drame survenu durant l’été 2015. L’ancienne variante pour contourner le cirque de la Solitude est devenue le GR® officiel : cette étape refuge d’Ascu Stagnu - refuge de Tighjettu. Il ne faut bien évidemment pas oublier l'outil indispensable à toute Grande Randonnée, le topoguide du GR® 20 à travers la montagne corse.

Infospratiques

Accès : Castellu di Vergio et le col de Vergio sont accessibles par la D18 et la D84 depuis Corte (60 km, liaison par autocar en été, 20 €). Vizzavona, terme de cette randonnée de 4 jours, est desservie par la ligne le Train Corse (« U Trinighellu » du Chemin de fer de la Corse) qui relie Bastia à Ajaccio (157 km), via Corte, Vizzavona et Bocognano.

Nouveau tracé : il faut rappeler que la partie « cirque de la Solitude » (étape n° 4 du Topoguide®) a été débalisée et déséquipée par les agents montagne du Parc naturel régional de Corse, suite au drame survenu durant l’été 2015. L’ancienne variante pour contourner le cirque de la Solitude est devenue le GR® officiel : cette étape refuge d’Ascu Stagnu - refuge de Tighjettu « nouveau tracé » n’est pas pour autant de tout repos, elle est longue (8 h de marche), musclée en dénivelé (1 220 m montée, 1 000 m descente) et passe à 2 607 m d’altitude (pointe des Eboulis) au pied du Monte Cintu (ascension au sommet possible pour les plus endurants). Autant d’atouts ou de caractéristiques qui en font une étape soutenue et exigeante. 

Période : le GR® 20 est praticable dans de bonnes conditions de juin à mi-octobre. Le reste de l’année, il est souvent enneigé sur sa partie la plus haute. Juillet et août sont les mois de grande affluence sur le sentier comme dans les refuges.

Balisage : blanc et rouge des sentiers de grande randonnée. Itinéraire bien balisé, avec balisage renforcé par des cairns sur certaines parties de montagne, présence de panneaux directionnels.

Hébergement : en refuges. Pour les refuges de montagne du GR® 20 gérés par le Parc naturel régional de Corse – c’est le cas des refuges de Manganu, de Petra Piana et de l’Onda –, la réservation est obligatoire. Elle est ouverte à partir d’avril (parc-corse.org), les refuges sont gardés à partir de mi-mai. Le bivouac est possible sur les aires de refuges aménagées à cet effet, mais interdit partout ailleurs. Rappel important : le camping sauvage est strictement interdit sur tout le territoire du Parc naturel régional.

Sites et numéros utiles :

- Parc naturel régional de Corse (Parcu di Corsica) : 04 95 51 79 10 - parc-corse.org
- Blog du PNR de Corse (infos refuges GR®20) : randoblogpnrc.blogspot.fr
- FFRandonnée Corse : corse@ffrandonnee.fr et  corse.ffrandonnee.fr
- Météo montagne Corse : 08 99 71 02 20.
- Autocars Cortenais : 04 95 46 22 89 - autocars-cortenais-corse.fr
- Le Train Corse : train-corse.com (Tarif Vizzavona-Bastia : 16 €)

Aller plus loin ...

À lire aussi
+ de reportages