Facilitez-vous la rando avec RandoPass et GR @ccess ! GO!
Mon GR®

Le site de la
Randonnée Itinérante

Randonnée en Bretagne : GR® 34, les merveilles cachées du Pays des Abers

Département
Finistère
Durée
4 jours
Niveau
Moyen
Environnement
Mer
  • Jour 1
  • Jour 2
  • Jour 3
  • Jour 4
  • En bref
  • Conseils
  • Infos pratiques

La randonnée en Bretagne au fil du littoral, c’est une farandole de « pays » : Pays de Saint-Malo, Penthièvre, Goëlo, Trégor, Léon, Cornouaille, Vannetais… Petit aperçu, avec ces quatre jours de randonnée sur la Côte des Légendes, le long du GR® 34, ou sentier des douaniers, dans le nord Finistère, pour découvrir les merveilles cachées du Pays des Abers.

Journaliste mordu de la rando itinérante et de la marche athlétique, Pascal Leygoute a sillonné toutes les régions de France et la quasi-totalité des GR®. De la Corse au Queyras, des Vosges au Mercantour, en passant par les Pyrénées, la Bretagne ou le Cotentin, il arpente les plus beaux itinéraires sac au dos et la plume en alerte, toujours émerveillé du spectacle de la nature.
Jour 1

de Guissény à Lilia (Plouguerneau)

Plouguerneau, île Vierge, phare de l'île Vierge, le plus haut phare d'Europe d'une hauteur de 82,5 mètres, classé au titre des monuments historiques. © MORANDI Tuul et Bruno / HEMIS

Plouguerneau, île Vierge, phare de l'île Vierge, le plus haut phare d'Europe d'une hauteur de 82,5 mètres, classé au titre des monuments historiques. © MORANDI Tuul et Bruno / HEMIS

Après une nuit à Kerlouan, dans le Finistère, départ de Guissény où les cloches se balancent du nord au sud et non pas d’ouest en est comme dans toutes les autres communes. Notre randonnée en Bretagne s’annonce jalonnée de belles surprises.  De leurs cris, les oiseaux marins accompagnent nos premiers pas et on est déjà tout sourire. Nos yeux s’arrêtent, ravis, sur les cultures légumières de la « ceinture dorée » où prospèrent choux-fleurs, artichauts, oignons, pommes de terre primeur… La terre est féconde et le GR® 34 révèle vite d’autres trésors : ses pointes, ses caps, ses récifs, ses îlots à fleur de vagues.

A Porz Guen, passée la Grève Blanche, la curiosité nous gagne un peu plus. Sur un îlot, à 1,5 kilomètre de la côte, se détache le phare de l’île Vierge, construit de 1897 à 1902, totalement automatisé depuis 2010, classé monument historique l’année suivante et qui s’enorgueillit du titre de « plus haut phare du monde en pierre de taille ».

Celle-ci, la kersantite, est une roche qui durcit avec les années et résiste vaillamment aux intempéries. L’avenir dira si elle est effectivement à l’épreuve du temps mais, pour l’heure, on accède au phare de l’Île Vierge à pied lors des grandes marées ou en bateau. On ne peut alors rester indifférent à ses 82,5 mètres de haut, son foyer à 77 mètres, sa portée de 52 kilomètres à la ronde, ses 397 marches, et à son intérieur tapissé de 12500 carreaux d’opaline. Il est possible aussi d’admirer le phare depuis le jardin du domaine des Rochers, à Kélerdut où Marie-Jo et Yves Abguillerm accueillent des randonneurs toute l’année.

Jour 2

de Plouguerneau au port de l’Aber Wrac’h

Aber Wrac'h & le Perros en vue aérienne. © Benoït STICHELBAUT / HEMIS

Aber Wrac'h & le Perros en vue aérienne. © Benoït STICHELBAUT / HEMIS

Le sentier GR® 34 dépasse Perros. Nous pénétrons dans l’Aber-Wrac’h, le plus grand des trois abers (estuaires) : une « entaille ciselée par la mer » qui serpente entre près et forêts jusqu’à douze kilomètres à l’intérieur des terres. Les marées dessinent ces paysages de fjords et on ne s’en lasse pas.

Il faut à présent emprunter le pont de Paluden qui relie Plouguerneau à Lannilis. Le port du même nom est le plus petit port de commerce de bois. Il voit accoster de gros navires venus de Scandinavie ou des Pays Baltes.

Un peu plus loin, sur le port de l’Aber-Wrac’h, dont le nom en breton signifie, dit-on, « le havre de la paix » ou « de la sorcière », catamarans et optimists s’affichent bord à bord avec cinq ou six bateaux de pêcheurs. « L’Écailler des abers » propose précisément un repas à base de produits de la mer. Forcément délicieux. Gîte d’étape au centre UCPA.

Jour 3

du port de l’Aber Wrac’h à Saint-Pabu

Yvon Madec sur son chantier ostréïcole de l'Aber Benoit, huitres de Prat Ar Coum. © SUDRES Jean-Daniel / HEMIS

Yvon Madec sur son chantier ostréïcole de l'Aber Benoit, huitres de Prat Ar Coum. © SUDRES Jean-Daniel / HEMIS

D’un aber à l’autre. Le sentier des douaniers longe la baie des Anges, passe en vue de l’île Cézon dont le fort a été bâti sur ordre de Vauban en 1694, afin de « défendre l’accès à l’Aber-Wrac’h et protéger Brest ». La presqu’île de Sainte-Marguerite sert, elle, de trait d’union entre l’Aber-Wrac’h et l’Aber Benoît (« aber béni »). Dunes sauvages, côte rocheuse et découpée, anses bien abritées, eau variant du bleu profond aux tons turquoise, plages de sable fin : la séduction agit à plein avec un panorama imprenable sur les îlots Guenioc, Tariec et Garo.

Après avoir contourné l’anse de Brouennou, nous nous retrouvons dans l’Aber Benoît. A Prat ar Coum, les huîtres creuses et plates de la famille Madec sont très appréciées. Notre randonnée en Bretagne poursuit son bonhomme de chemin et vagabonde de bosquets en prairies et d’inoubliables découvertes en inoubliables découvertes. Quand estrans et grèves se découvrent à marée basse, les oiseaux de mer viennent faire bombance au fond de l’aber : sternes, goélands, mouettes, chevaliers gambette sont vite rejoints par les gourmands des rivages : huîtriers, courlis, tadornes, pluviers argenté… Terme de l’étape à la ferme Gwel ar Mor (gîtes, chambres et table d’hôtes), sur la rive gauche de l’Aber Benoît, à Saint-Pabu.

Jour 4

de Saint-Pabu à Porspoder

JOUR 4 : Phare du four sous la tempête, classé au titre des Monuments Historiques. © GRIMBERG Didier / HEMIS

Phare du four sous la tempête, classé au titre des Monuments Historiques. © GRIMBERG Didier / HEMIS

Avis de grand frais en mer d'Iroise. Le vent s'est levé pour cette dernière étape. Des rafales annoncées à 60 km/h, force 7, avec une mer balafrée d'écume, secouée de lames déferlantes. Diable ! Au moment d’entrer dans le Pays d’Iroise, on ne peut pourtant rêver plus beau spectacle. Entre Kervigorn et les rochers de Roc’h ar Sarpant, la côte rocheuse reprend ses droits, dentelée, parsemée de récifs, secouée par les vents, battue par les flots.

Le GR® 34 borde des dunes jonchées d’anciens fours à goémons. Ceux-ci rappellent que la Bretagne, le pays des goémoniers, fournit 90 % des 60 000 tonnes d’algues produites chaque année en France et utilisées dans l’agroalimentaire, en cosmétique… Le plus grand champ d’algues d’Europe s’étend ici, dans ce nord Finistère, entre Le Conquet et Brignogan.

Pointe de Porsguen, Portsall et son port… En 1978, la catastrophe de l’Amoco Cadiz déversa, sur ces côtes, 220 000 tonnes de pétrole brut. Certes, toute trace en a disparu mais les équilibres naturels demeurent fragiles. On se rassure en remarquant que la chapelle Saint-Samson, autre lieu de paix face à la mer, affronte les bourrasques sans vaciller. Les presqu’îles du Vivier et Saint-Laurent ainsi que le clocher de l’église de Porspoder sont en point de mire : notre randonnée touche à sa fin.

Ce GR® en bref ...

Encore appelé par certains « sentier des douaniers », le sentier côtier GR® 34, suit le littoral breton depuis l’îlot rocheux et la baie du Mont-Saint-Michel, classés au patrimoine mondial de l’Unesco, jusqu’à Saint-Nazaire en Loire-Atlantique. 90 jours de marche, plus de 2 000 kilomètres d’itinéraire, sept topo-guides... ou la magie des abers.

Découpage présenté ici : 4 étapes de 4h05 à 7h30, sur la côte du nord Finistère.

Topoguide : Pour continuer l'aventure, randonnez avec « Les Abers : Le chemin des phares, GR® 34 »

 

Conseilsavant de vous lancer

Chaussures de randonnée : privilégier des chaussures à tige montante de type légères.

A mettre dans le sac à dos : une veste de pluie, une veste polaire, un chapeau ou une casquette, une gourde de 1 litre, des barres énergétiques et des fruits secs. Ajouter maillot de bain et serviette pour céder à la tentation des plages.   

Ils l’ont fait

Nathalie D., 52 ans, randonneuse de Saint-Julien (Côte-d’Or), a suivi avec Bruno, son mari, le GR® 34 de Plouguerneau au Trez Hir en 7 étapes :
« Avec Bruno, nous avions pour ambition de faire tout le GR®34 en marchant sac au dos. Nous avons commencé par la presqu’île de Crozon, direction la pointe du Raz ; puis, en août 2009, nous avons randonné dans les trois abers Wrac’h, Benoît et Ildut. Les abers, c’est une beauté sauvage, et on ne rencontre pas grand monde. Il y a énormément d’oiseaux et on aurait tendance à s’arrêter souvent pour les observer. En revanche, j’ai trouvé les passages de dunes, à marcher dans le sable, un peu fatiguant. Ne pas manquer un dîner aux huîtres avec un verre de vin blanc dans le port de l’Aber-Ildut. »

Infospratiques

  • Distance : Dans les Abers, 367 km de sentiers GR®, plus de 20 jours de randonnée entre Morlaix et Brest et 4 balades sur l'île d'Ouessant
  • Accès : On atteint le départ de la randonnée à Guissény par la route depuis Brest (38 km) et Morlaix (57 km). Service de cars depuis Brest (gare routière) : ligne 21 (Brest - Lesneven) jusqu’à Lesneven ; puis ligne 23 (Lesneven - Kerlouan) jusqu’à Guissény.
  • Dénivelés : le parcours du GR® 34 est quasiment plat sur ce littoral bas et rocheux, ponctué de quelques côtes ou successions de bosses dans les zones de dunes.
  • Caractéristiques : les dunes de ce bord de mer sont des milieux fragiles, bien rester sur le sentier balisé GR®.
  • Période : le GR® 34 est praticable toutes saisons. Préférer les périodes avril-mai-juin et septembre-octobre.
  • Hébergements  : en chambres d’hôtes, gîte d’étape, centre UCPA ou centre de voile.
  • Balisage : blanc et rouge des sentiers GR®.
  • Topo-guide : « Les Abers : Le chemin des phares, GR® 34 ».

Sites et numéros utiles

À lire aussi
+ de reportages