Facilitez-vous la rando avec RandoPass et GR @ccess ! GO!
Mon GR®

Le site de la
Randonnée Itinérante

Le tour de l'île de Batz

Presqu’île jusqu’à l’âge de fer, Batz était encore accessible à pied de Roscoff à marée basse jusque vers l’an mille.

Difficulté
0 1 2 3

3 h 20

10,00 km

DépartÎle-de-Batz

ArrivéeÎle-de-Batz

Soyez le 1er à noter

Carte GR

 Itinéraires  Suggestions

Le tour de l'île de Batz

3 h 20

10,00 km

DépartÎle-de-Batz

ArrivéeÎle-de-Batz

1
Monter en direction de l’église, puis emprunter la route qui descend à gauche. Suivre le littoral au plus près. Avant le terrain de football, prendre la route qui monte au phare. Le phare, en forme de tour cylindrique, s’élève à 68 m au-dessus du niveau de la mer. Son rythme est de 4 éclats blancs en 25 secondes, d’une portée de 23 milles nautiques (42 km). Pour accéder à la lanterne, il faut grimper 198 marches.
Phare de l'île de Batz
© Eliane LESCOAT (EL)
2
Poursuivre en direction de Porz ar Roc’h, bifurquer à droite, parvenir à la route de Lenn Venn. Au transformateur, tourner à droite vers Kerskao.
3
Virer à gauche, continuer sur la route, puis à travers champs. À la route suivante, aller à gauche en direction du centre équestre. 200 m plus loin, par la droite, atteindre le front de mer. Se diriger vers le sud-est, longer la plage d'Aod Venn, contourner la pointe du Bilvidic. Effectuer le tour de la pointe Penn ar C’hleguer en longeant le jardin exotique Delaselle.
Le jardin exotique de l’île de Batz a été créé en 1897 par Georges Delaselle sur un espace désertique balayé par les vents. Aménagé sur un cordon de dunes artificielles, formées de cuvettes et de terrasses, planté de végétaux de protection, il a été abandonné en 1957. Il faudra trente années pour qu’une équipe de bénévoles entreprenne la restauration du jardin dans l’esprit de son créateur. À ce jour, le jardin possède une collection de près de 1 500 espèces végétales originaires du monde entier, les deux-tiers provenant de l’hémisphère sud (Afrique, Chili, Australie, Nouvelle-Zélande, Chine, etc.). À noter surtout : une remarquable collection de palmiers.
Poursuivre la côte pour parvenir à la chapelle Sainte-Anne.
La chapelle, du XIIe siècle, est en ruines. Un oratoire est aménagé dans le chevet en cul-de-four de l’ancienne église Saint-Paul, en partie ruinée et ensablée au XIXe siècle.
En voir +

Descriptif

1
Monter en direction de l’église, puis emprunter la route qui descend à gauche. Suivre le littoral au plus près. Avant le terrain de football, prendre la route qui monte au phare. Le phare, en forme de tour cylindrique, s’élève à 68 m au-dessus du niveau de la mer. Son rythme est de 4 éclats blancs en 25 secondes, d’une portée de 23 milles nautiques (42 km). Pour accéder à la lanterne, il faut grimper 198 marches.
Phare de l'île de Batz
© Eliane LESCOAT (EL)
2
Poursuivre en direction de Porz ar Roc’h, bifurquer à droite, parvenir à la route de Lenn Venn. Au transformateur, tourner à droite vers Kerskao.
3
Virer à gauche, continuer sur la route, puis à travers champs. À la route suivante, aller à gauche en direction du centre équestre. 200 m plus loin, par la droite, atteindre le front de mer. Se diriger vers le sud-est, longer la plage d'Aod Venn, contourner la pointe du Bilvidic. Effectuer le tour de la pointe Penn ar C’hleguer en longeant le jardin exotique Delaselle.
Le jardin exotique de l’île de Batz a été créé en 1897 par Georges Delaselle sur un espace désertique balayé par les vents. Aménagé sur un cordon de dunes artificielles, formées de cuvettes et de terrasses, planté de végétaux de protection, il a été abandonné en 1957. Il faudra trente années pour qu’une équipe de bénévoles entreprenne la restauration du jardin dans l’esprit de son créateur. À ce jour, le jardin possède une collection de près de 1 500 espèces végétales originaires du monde entier, les deux-tiers provenant de l’hémisphère sud (Afrique, Chili, Australie, Nouvelle-Zélande, Chine, etc.). À noter surtout : une remarquable collection de palmiers.
Poursuivre la côte pour parvenir à la chapelle Sainte-Anne.
La chapelle, du XIIe siècle, est en ruines. Un oratoire est aménagé dans le chevet en cul-de-four de l’ancienne église Saint-Paul, en partie ruinée et ensablée au XIXe siècle.
En voir +

Avis

Aucun commentaire
Soyez le premier à donner votre avis
Donnez votre avis