Découvrez le Pass GR® et ses avantages exclusifs! GO!
Mon GR®

Le site de la
Randonnée Itinérante

GR® 3

GR® 3 : 4 jours d'itinérance entre Loire sauvage et châteaux

Quatre jours de randonnée au fil de la Loire, sur le GR® 3, de Chinon aux portes d'Angers. En longeant ce fleuve sauvage, "le plus long d'Europe", on y côtoie rois, reines, princes et ducs, on y admire châteaux et abbayes romanes, on y rencontre même François Rabelais.
En route pour 4 jours d'itinérance dans le Val de Loire.

Veille du départ sur le GR® 3, à Chinon

« Chinon, capitale de la Rabelaisie ». C'était bien avant les sentiers de Grande Randonnée mais la statue de l'écrivain-humaniste ainsi que les traces qu'il a laissées enchantent le marcheur avant qu'il ne quitte la ville par le pont de pierre. La veille du départ, celui-ci a pris le temps d'arpenter longuement la cité médiévale, sa forteresse royale, ses trois enceintes fortifiées et, en un mot, de feuilleter l'histoire de France. La bonne ville de Chinon demeure, en effet, un théâtre d'ombres. On y devine celles d'Henri II Plantagenêt, de Philippe Auguste, de Charles VII ou de Jeanne d'Arc. En avançant pas à pas sur le GR® 3, ce sentier de grande randonnée au fil de la Loire, le randonneur ne tournera jamais le dos au passé.
 

MonGR - GR3 : abbaye de Fontevraud, XIIe-XVIIe siècle, cloître. Crédit : Body Philippe - Hemis.fr

Jour 1 : de Chinon à Montsoreau

En route jusqu’à Montsoreau, à 25 kilomètres de là. Sentier faisant, le randonneur se plaira à s’émerveiller devant l’abbaye (1105-1165) de Fontevraud-L’abbaye, bâtie bien évidemment en tuffeau, cette pierre calcaire, chef-d'oeuvre de l'art roman inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle abrite les quatre gisants des Plantagenêts.
Bientôt, le marcheur raffolera des champs de maïs et de tournesols ; traversera  Candes-Saint-Martin, réellement l’un des plus beaux villages de France ; et puisque, décidément, sur le GR® 3, la vie de châteaux ne s’arrête jamais, s’offrent soudain à ses yeux celui de Montsoreau - construit, lui aussi en tuffeau -, les ruelles et les passages fleuris du village ainsi que les salles troglodytiques de chacune de ses maisons. Après six heures de marche, avant de passer la nuit à l'hôtel Le Bussy, il est possible pour les plus courageux de se rendre sur les hauteurs alentours - ou d'attendre le lendemain matin, avant le départ -, afin de contempler de plus près le moulin de la Tranchée pourvu d’un corps mobile - appelé hucherolle -, qui lui permet de pivoter sur 360 degrés et ainsi d’épouser les caprices du vent.

 

MonGR - GR3 : le moulin de la Tranchée, moulin cavier dans le vignoble de Saumur-Champigny. Crédit : Body Philippe - Hemis.fr

Jour 2 : de Montsoreau à Saumur

Flânons encore. Aujourd’hui, entre bords de Loire et vignes du Saumurois, nous attendent 19 kilomètres, soit quelque 5h15 de randonnée avec pour seule embuche : une montée à 15 % dans le hameau de Beaulieu. Flânons d’autant plus que se présente Turquant d’un blanc éclatant, village de métiers d’art. Ici, tout est donc tuffeau, entre Loire et coteau ; tout est « troglo » : site et enseignes, parfois même « folklo ». Le sentier balisé continue ensuite de cheminer, bucolique. A perte de vue, prospèrent 20 000 hectares de vignobles et 32 appellations : du vin blanc, du vin rouge, du vin rosé, du moelleux... Tandis qu’au fil de l’eau, paresse encore la Loire, toujours la Loire, où va à présent joliment se mirer Saumur, ville de douceur de vivre, si chère aux ducs d’Anjou et on les comprend. Et le randonneur ne se demande plus en quoi est édifié son beau château : en tuffeau, bien sûr, pour son plus grand plaisir.

 

 

MonGR - GR3  : les gabares, embarcations emblématiques de la Loire. Crédit : Guy Christian - Hemis.frJour 3 : de Saumur à Gennes  

Le randonneur quitte son logis de l'île d'Offard - qui fait face au château - et poursuit plus à l'ouest. La matinée lui réserve d’autres inestimables cadeaux : dans la campagne, des biches, gracieuses et attentionnées, se lancent dans une folle sarabande et, le long de l’étang de Marson, de virevoltantes libellules lui offrent un gentil concert, avant qu’il ne rallie, l’esprit et le cœur en joie, le village de Chênehutte, bord de Loire assuré. À Préban, le marcheur aura tout loisir d’explorer la Cave aux Moines : son logement « troglo », ses galeries, sa champignonnière où prospèrent pleurotes et pieds bleus, sa cave à vins, sans oublier les secrets du tuffeau... Après Trèves, le GR® 3 papillonne de plus belle et le randonneur avec lui. Il pourrait rejoindre directement Gennes ou suivre au plus près le cours indolent de la Loire, mais, non, il ne le fera pas. Il prendra plaisir à folâtrer, à savourer détours et contours par les hauteurs. Arrière-cours bien entretenues, jardinets bien soignés, vie bien apaisée, le bonheur est en tout lieu. On en réclame encore mais les quelque trente kilomètres, depuis Saumur, commencent à peser dans les jambes. La nuit au Domaine de la Boussinière sera la bienvenue : le site est toujours en tuffeau et est à flanc de côteau avec vue panoramique sur la vallée de la Loire…

Jour 4 : de Gennes à ErignéMonGR - GR3  - le Thoureil, parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine. Crédit : Guy Christian - Hemis.fr

La dernière étape de cette randonnée dans la Loire, qui mène de Gennes à Erigné (près d’Angers et son château aux solides remparts), est imperceptiblement plus longue - 35,5 kilomètres pour environ 8 h 30 de marche – mais elle ne présente aucune difficulté majeure. Le randonneur avance yeux grands ouverts et prompt à goûter chaque instant. Le village de Thoureil, petite cité de caractère en bord de Loire, et le celui de Blaison-Gohier et ses sentiers d’interprétation, certes. Mais tant de choses sont à voir, à connaître, à apprécier... Le randonneur lambine devant l’Union de Chauvigné, une des 320 sociétés de boule de fort (1) du Maine-et-Loire. En août, il effectue un autre stop à Biaison-Gohier, devant la « fête des battages » (des traditions d’autrefois). Plaisir des yeux et des papilles à l'épicerie-resto Le Petit Blaison : rillauds, terrine de foies de volaille, rillettes d’andouille, rôti de porc, sucrine, fromage de chèvre, pain de campagne…. Pas idéal pour continuer à randonner, mais tellement sympa et tellement bon !

(1) Le centre de gravité de la boule est légèrement décalé et le terrain très roulant.

 

Je vote pour le GR® 3

Infos
pratiques

Accès : Chinon est accessible par la D751 depuis Tours (43 km). Ligne SNCF Tours-Chinon (49 km)
Dénivelés : sur ces quatre étapes, le parcours est souvent plat. Saupoudré ça et là de quelques raidillons pour grimper sur les coteaux. Pas de difficulté particulière.
Caractéristiques : bien ouvrir l'oeil dans les vignobles, les feuilles de vigne peuvent parfois masquer des balises.
Période : praticable toute l'année. On peut privilégier les mois de mai et juin, saison de pleine floraison pour les jardins du Val de Loire, ou septembre et la période des vendanges. Difficultés parfois pour trouver des hébergements en juillet-août.
Balisage : trait blanc et trait rouge des GR®. Balisage très présent et très fiable tout au long de ces quatre étapes.
Topo-guide : Pour continuer l'aventure, partez en balade avec « Le long des châteaux de la Loire », ed. FFRandonnée, réf. 333, 4e édition, 2015, 15,70 €.

Sites et numéros utiles

 

Publié le 19/08/2016