Découvrez le RandoPass® et ses avantages exclusifs! GO!
Mon GR®

Le site de la
Randonnée Itinérante

GR® 55

GR® 55 : quatre jours au cœur du Parc national de la Vanoise

Le Parc national de la Vanoise est sans doute un paradis pour les randonneurs amateurs de montagnes préservées et de grands espaces. Au plus proche des cimes et des glaciers, nous l’avons parcouru sur quatre étapes en suivant le GR® 55, de Tignes à Modane.

Jour 1 : De Tignes au col de la Vanoise

Jour 1 : Tignes, massif de la Vanoise avec vue sur la Grande Motte. Crédit : JACQUES Pierre / HEMISTignes en plein été, c’est un peu étrange. La station est quasiment vide et l’architecture contestable des immeubles éclate au grand jour. Néanmoins, il nous suffit de lever la tête pour voir les montagnes et la beauté du parcours qui nous attend. Nous ne marchons pas longtemps pour quitter les pistes de ski et nous retrouver au cœur du parc national de la Vanoise (le plus ancien de France, fondé en 1963). La nature préservée nous accueille. Premières marmottes, premières vues sur les glaciers (en l'occurrence celui de la Grande Motte), nous y sommes ! Après une bonne montée sur une pente très régulière, nous atteignons le refuge de la Leisse. La pause déjeuner est appréciable d’autant que la vue sur le vallon est imprenable. C’est dans ce décor, un peu lunaire mais majestueux, que nous repartons.

Au pont de Croé-Vie, nous rejoignons le parcours du classique “tour des glaciers de la Vanoise”. Nous nous engageons alors dans la montée vers le col de la Vanoise. Trois kilomètres en pentes assez raides nous offrent de belles vues vers le vallon de la Leisse et le refuge Entre-deux-eaux, mais l’effort sous le beau soleil est rude. Nous sommes encore mieux récompensés en haut : juste après une stèle, nous observons nos premiers bouquetins : ils ne sont pas bien craintifs et nous pouvons les admirer à loisir ! D’autres spécimens, plus gros et aux cornes impressionnantes, nous attendent un peu plus loin. Je n’en ai jamais tant vu d’aussi près ! Le sentier quant à lui s’est fait plus clément pour nos mollets : c’est presque un grand replat qui nous amène au col de la Vanoise. Le décor de cette fin d’étape est tout à fait grandiose : le glacier de la Grande Casse s’éclaire, celui de la Réchasse en face n’est pas mal non plus. Nous suivons ainsi doucement le ruisseau de la Vanoise pour parvenir au col. La vue sur les lacs annonce une belle soirée, que nous débutons comme il se doit, par un verre en terrasse au refuge, à plus de 2 500 mètres d’altitude et sous un soleil radieux !


Jour 2 : du col de la Vanoise à Pralognan

Jour 2 : Pralognan, la Vanoise, sentier du col de la vanoise - Lac des Vaches. Crédit : MONTICO Lionel / HEMISAprès la bonne entame d’hier, c’est une petite journée qui nous attend. Mais qui démarre pourtant par une bonne descente, assez raide. Les premiers mètres après le refuge du col de la Vanoise sont même presque délicats. Les cailloux roulent vite sous les semelles et il faut prendre garde à ne pas trop admirer le paysage, décidément splendide, tout en marchant au risque de s'emmêler les pinceaux. Mais parvenu au lac des vaches, le spectacle est vraiment trop beau pour ne pas s’arrêter un peu. Ce passage emblématique du GR® 55, un lac presque asséché à cette période de l'année que l’on traverse sur une série de pierres plates, est particulièrement bien mis en valeur par la lumière de ce beau jour d’été. Nous descendons tranquillement jusqu'à Pralognan.

De nombreuses variantes permettent de prolonger le plaisir. Nous pouvons grimper d’abord par le col du Bochor, ou bien même tenter la traversée par le sentier balcon qui mène à celui de Leschaux. C’est un parcours plutôt physique et technique mais les vues sur le massif sont impressionnantes. Pour l’heure, nous dégustons un bon petit déjeuner sur l’agréable terrasse du refuge des Barmettes. Nous sommes au pied des pistes mais en vue ce n’est que nature et montagne préservées. Nous atteignons ainsi le village Pralognan. Il fait bon s’y promener aussi, flâner un peu entre les boutiques d’équipement de montagnes et celles de produits régionaux. Mais nous devons vite rentrer à l’abri : le seul orage de notre voyage a la bonne idée d’éclater alors que nous sommes en ville !

Préparez votre itinéraire avec GR @ccess - abonnez-vous


Jour 3 : de Pralognan au refuge de Péclet-Polset

Jour 3 : Massif de la Vanoise, lac blanc. Crédit : HAUSER Patrice / HEMISNous retrouvons le chemin en bordure du village. Nous longeons le camping, les derniers chalets, puis nous retrouvons les berges la rivière. Elle sera notre fil d’Ariane pour cette journée. C’est d’abord un joli bois, entrecoupé de clairières fleuries, qui nous conduit, à l’ombre, presque jusqu’au hameau des Prioux. Les maisons y sont traditionnelles et le lieu est d’un calme parfait pour admirer la douce vallée et les montagnes. Nous envions presque les locataires des maisons d’hôtes qui se prélassent. Mais la journée est si belle pour marcher. Nous ne sommes d'ailleurs pas les seuls à en profiter : au parking suivant, départ de randonnées populaire, une petite foule se disperse entre les différents itinéraires.

La rivière nous guide toujours mais le sentier s’élève alors vers les alpages, toujours sur une bonne piste puis sur un sentier. Nous grimpons ainsi quelques heures, avant d’apercevoir le refuge de Péclet-Polset, notre havre du jour. Le temps de poser les sacs, et nous repartons pour une petite boucle vers le lac blanc voisin, pour admirer ce site hors du temps sous les lueurs du soir. Au dîner, nous échangeons avec nos voisins de table sur leurs destinations et notre randonnée, dans une ambiance conviviale typique des refuges et des larges tablées. 


Jour 4 : de Péclet-Polset à Modane

Jour 4 : Parc national de la Vanoise, col de la chavière. Crédit GUIZIOU Franck / HEMISAprès un petit déjeuner encore convivial pris au refuge, sorte de vaisseau spatial perdu dans la montagne, nous repartons vers le col de Chavière. C’est le point culminant de notre randonnée : presque 2 800 mètres d'altitude. Nouveau changement de décor : nous quittons les alpages pour un monde purement minéral. De nombreux kerns nous indiquent le chemin à travers les pierres. L’ambiance est austère, presque hostile. C’est beau, mais on sent déjà que l'humain n’a plus vraiment sa place sur ces hauteurs. Nous ne faisons que passer. Après un bon effort pour gravir les derniers mètres, bien raides, nous sommes en haut. Le temps d’admirer la vue et nous entamons la longue descente. Heureusement, c’est un peu moins raide de ce côté-là.

Nous retrouvons assez vite un environnement plus aimable mais toujours majestueux. Un petit détour de quelques minutes pour contempler le lac des assiettes et nous retrouvons les premiers alpages. La montagne est belle, calme et sous le soleil. Que demander de plus ? Nous arrivons ensuite au croisement des chemins, entre la jonction vers le GR® 5 par le refuge de l’Orgère et le GR® 55, qui continue directement jusqu'à Modane.

Pour ceux qui n'ont qu'un grand week-end, nous conseillons de poursuivre dans ce sens, Modane offrant une gare commode. Mais nous avons davantage de temps pour boucler le tour des Glaciers de la Vanoise et explorer encore cette région, parmi les plus beaux endroits de France pour randonner en montagne, assurément !

Découvrir la Vanoise avec GR @ccess

Sylvain Bazin – Rédaction MonGR

Infos
pratiques

Aspects pratiques

Accès :  gare SNCF de Bourg Saint-Maurice, bus pour Tignes.

              gare SNCF de Modane

Dénivelés : Assez importants. La randonnée en montagne exige une bonne condition physique. Les sentiers sont bons, très peu de passage difficiles techniquement (juste le haut du col de Chavière)

Période conseillée : Été, entre juillet et septembre. Certains refuges ferment début septembre, bien se renseigner. Avant juillet, le risque de névés restant est grand.

Balisage : blanc et rouge. Il est cependant peu présent. Les panneaux sont assez nombreux et l’orientation facile.

Gr® 55 - Traversée des Alpes - Parc national de la Vanoise

Publié le 29/06/2018