Facilitez-vous la rando avec RandoPass et GR @ccess ! GO!
Mon GR®

Le site de la
Randonnée Itinérante

Reportage thématique

Secrets de rando : GR® 965, sur les pas des huguenots

Le GR® 965 est un sentier de Grande Randonnée qui retrace l'Histoire des huguenots, ces protestants partis du sud de la France au XVIIème siècle pour rejoindre des terres plus propices à leur religion, après que Louis XIV ait révoqué l'Edit de Nantes. Retour sur les origines de cet exil que l'on peut revivre aujourd'hui en suivant des balises blanc et rouge.

Guerres de Religions et réconciliation

Peinture relatant le massacre de la Saint-Barthélémy, l'une des 8 guerres de Religions. © François Dubois, musée cantonal des Beaux-ArtsLe XVIème siècle en France est largement marqué par les guerres de Religion. Ces mouvements barbares sont survenus après la propagation du protestantisme comme nouveau courant de pensée religieux, accompagnés d'écrits réformateurs à ce sujet. Ces sensibilités divergentes entre chrétiens du royaume de France prennent une tournure particulière lorsque, une nuit d'octobre 1534, des écrits anticatholiques sont placardés un peu partout dans le pays, et ce jusqu'à apparaître sur la porte du roi François 1er, dans son château à Amboise. Bien que jusqu'ici tolérant vers la nouvelle foi, ce dernier considère cet acte comme une insulte et décide de prendre des mesures radicales. C'est le début des persécutions à l'encontre des protestants, ou comme on les appelait également, les huguenots. 

Le temps passe, et les tensions entre catholiques et protestants ne cessent de croître. Le premier massacre perpétré à l'encontre des protestants arrivera en es violences qui radicalisent davantage les deux camps, jusqu'à l'arrivée au pouvoir de Charles IX. Ce dernier n'accédant au trône qu'à tout juste 10 ans, c'est sa mère Catherine de Médicis qui tient les renes. Elle s'engage alors dans une politique de réconciliation et tente d'apaiser les tensions religieuses. Cela passera notamment par un long périple à travers la France afin de pacifier le royaume et d'asseoir un peu plus le pouvoir royal au dépens du pouvoir ecclésiastique. Bien des années plus tard et alors que de nombreuses guerres de Religion se déroulent hélas toujours, le roi Henri IV promulgue l'édit de Nantes le 30 avril 1598. Cette série de textes va alors bouleverser tout l'existant en établissant enfin un régime de tolérance civile en France entre catholiques et protestants. On accorde ainsi aux réformés français une liberté de culte, une égalité civile ou encore des privilèges dans le domaine judiciaire pour garantir l’équité des jugements.

Révocation de l'édit de Nantes

Edit du roi portant suppression de l'édit de NantesNous sommes maintenant en 1685 et Louis XIV, petit-fils de Charles IX, règne désormais sur le royaume depuis son sacre à Reims en 1654. Depuis son intronisation, le Roi-Soleil manifeste une volonté d'unifier la France sur les plans religieux, administratif et politique. Un souhait qui passe inévitablement par la disparition du protestantisme, alors que les huguenots constituent un groupe bien trop proche des nations ennemies. C'est ainsi que le 18 octobre 1685, Louis XIV signe l'édit de Fontainebleau qui révoque celui de Nantes. Bien que déjà sérieusement amendée par la paix d’Alès de 1629 et par des vexations successives, le protestantisme se place dès lors comme une religion interdite au culte public, la seule religion autorisée sur le territoire étant alors la religion catholique. Un véritable coup dur pour la minorité protestante encore assez nombreuse.

L’opinion catholique, y compris les plus illustres écrivains de l’époque comme La Fontaine ou Madame de Sévigné, applaudit cette mesure. Dans l’entourage du roi, il n’y a guère que Vauban qui manifeste une courageuse lucidité. S’en tenant aux aspects pratiques, il adresse dès 1689 au roi un mémoire pour le rappel des huguenots dans lequel il expose les conséquences économiques de l’édit. Très vite, le roi peut mesurer l’étendue de son erreur. L’hérésie est loin d’avoir été éradiquée, des foyers de résistances se forment et plus particulièrement dans le Dauphinois, région où les protestants s'étaient fortement concentrés. Les persécutions à leur encontre reprennent et, malgré l’interdiction de s’enfuir, près de 300 000 huguenots trouvent finalement le moyen de quitter la France pour des refuges tels que Berlin, Londres, Genève, Amsterdam ou même Le Cap, en Afrique du Sud. Ces exilés issus de la bourgeoisie laborieuse vont alors faire la fortune de leur pays d’accueil et leur départ ne manquera pas d'appauvrir la France en la privant de nombreux talents. Ils vont aussi nourrir à l’extérieur les ressentiments contre la France et son monarque.

Le GR® 965, un itinéraire qui retrace l'exil des huguenots

Voici donc toute l'histoire qui réside autour du GR® 965. Cet itinéraire permet au randonneur de partir sur les traces des huguenots à travers les Préalpes, depuis Le Poët-Laval, ville hautement symbolique par le fait qu'elle ait disposé d'un des trois temples protestants français qui datent d'avant la révocation de l'édit de Nantes en 1685, jusqu'à Genève, ville où partirent bon nombre de ces huguenots, car naguère s'y installa Jean Calvin, l'un des réformateurs, après que les persécutions aient commencé conséquemment à l'affaire des Placards en 1534.

Un chemin de mémoire qui suit au plus près le tracé historique de l'exil des huguenots devant les documents qui relatent cette période de l'Histoire de France et que l'on peut désormais parcourir facilement à l'aide du tout premier topoguide édité par la FFRandonnée : sur les pas des huguenots, de la Drôme provençale à Genève. Le GR® 965 compte 29 étapes en France pour une distance totale de 374 kilomètres.

Topoguide GR® 20 - À travers la montagne Corse

Commander le topoguide

Infos
pratiques

 

Publié le 11/03/2020