Facilitez-vous la rando avec RandoPass et GR @ccess ! GO!
Mon GR®

Le site de la
Randonnée Itinérante

GR 75 - Boucle au départ de la Porte de la Villette

Ce sentier empreint de la « vie parisienne » se situe entre le boulevard périphérique et le boulevard des Maréchaux. Il passe par 9 arrondissements, traverse 75 espaces verts et fait ainsi de la capitale un extraordinaire terrain de sport, de loisirs et de culture à moins de cinq kilomètres de la Tour Eiffel.

Difficulté
0 1 2 3

DépartParis 19ème

ArrivéeParis 19ème

Carte GR

 Itinéraires  Suggestions
GR® 75

GR 75 - Boucle au départ de la Porte de la Villette

DépartParis 19ème

ArrivéeParis 19ème

1
Entrer à gauche dans le parc (à gauche, le bâtiment WIP Villette, aussi nommé le Pavillon Villette). Continuer tout droit sous la galerie couverte (à gauche, la Cité des sciences et de l’industrie construite sur l’emplacement des anciens abattoirs), et passer le long de la sphère réfléchissante du cinéma « La Géode ». Emprunter la passerelle sur le canal de l’Ourcq. Aller tout droit, entrer à droite dans les jardins passagers, puis reprendre le cheminement sous la galerie.
Longer la vaste halle métallique (Mérindol, 1865-1867 ; ancien marché aux bestiaux). Comme les pavillons des halles de Baltard rasés en 1971-1972, cette halle et celle du Carreau du Temple témoignent de l’architecture métallique de la fin du xixe siècle.
Prendre à gauche avant la Fontaine aux Lions de Nubie (Pierre Simon Girard, 1863) qui servait d’abreuvoir au bétail arrivé à la proche gare « Paris-Abattoirs ». Quitter le parc en traversant l’allée du Zénith et en passant devant la Philharmonie de Paris (Jean Nouvel, 2015 ; reconnaissable à sa couverture d’écailles blanches et grises). Ce bâtiment que l’on remarque confirme la place de la musique dans ce parc : Cité de la Musique ; Conservatoire national supérieur de musique et de danse (Christian de Portzamparc, 1991) ; le Zénith édifié en 1983 à l’emplacement du chapiteau de l’hippodrome de Pantin sous lequel Barbara donna 25 représentations en 1981 ; et le Cabaret Sauvage aux spectacles variés. Traverser l’avenue Jean-Jaurès (église Sainte-Claire à droite) et poursuivre boulevard d’Indochine. Après l’avenue de la Porte-Brunet, continuer tout droit jusqu’à l’entrée du Parc de la Butte-du-Chapeau-Rouge (Léon Azèma, 1939 ; son importante dénivelée rappelle qu’il fut, comme les Buttes-Chaumont, une carrière de gypse). Prendre le premier chemin montant à droite, le suivre et profiter des points de vue avant de redescendre vers la sortie Sud du parc. Traverser le boulevard d’Algérie et poursuivre en face sur la promenade Amalia-Rodriguez (chanteuse populaire de Fado). Passer devant l’hôpital Robert-Debré et monter les quelques marches menant à l’église Notre-Dame de Fatima (1954 ; confiée à la communauté portugaise) et virer à droite dans le jardin. Longer le réservoir d’eau gazonné des Lilas (à quelques mètres, en retrait, le bâtiment des Archives de Paris). Continuer sur le boulevard Serrurier, emprunter sur la gauche la place Jules-Sénard, premier passage menant au jardin Serge-Gainsbourg (2010, réalisé sur la dalle de couverture du boulevard périphérique, recréant le lien entre Paris, les Lilas et le Pré-Saint-Gervais : vaste pelouse régénérée naturellement et bassin alimenté par les eaux de pluie ; hommage au créateur du « poinçonneur des Lilas »).
Traverser le jardin, passer devant le jardin partagé et se diriger vers le cinéma Lilas CGR.
2
Quitter le jardin Gainsbourg, tourner à gauche et traverser la place du Maquis-du-Vercors. Prendre l’avenue du Docteur-Gley, puis continuer en face avenue Paul-Meurice (à droite un espace réservé au cirque ; plus loin à gauche un court de tennis couleur de la terre battue). Traverser la rue Léon-Frapié et entrer dans le square du même nom. À la sortie, traverser la rue de Noisy-le-Sec et pénétrer en face dans le jardin Frida-Kahlo (anciennement : jardin de la Dalle-Fougères sur la couverture du boulevard périphérique) précédé d’un espace de glisse. Poursuivre sur la droite et entrer dans le square Emmanuel-Fleury (tout en courbes et aux remarquables tulipiers et séquoia géants ; sur la gauche, le minaret d’une récente mosquée implantée à Bagnolet). Tourner à droite dans l’allée centrale et quitter le square. À droite, voir un des vastes lycées en briques rouges édifiés lors de la destruction des « fortifs ». Descendre la rue Le Vau, bifurquer à droite rue Dulaure et entrer dans le square Séverine (surnom de l’écrivaine féministe Caroline Rémy, 1855-1920). Le traverser sur la droite et prendre les escaliers menant à la sortie.
Traverser l’avenue de la Porte de Bagnolet, le boulevard Davout et prendre à gauche la rue de Bagnolet. Poursuivre tout droit, pénétrer sur la gauche dans le jardin de l’Hospice-Debrousse (1982, 1 hectare sur les 56 de l’ancien parc du château de Bagnolet) et passer devant le pavillon de l’Hermitage. Quitter le jardin, traverser la rue des Balkans, la place Pierre-Vaudrey et faire le tour du square Antoine-Blondin (1922-1991 ; journaliste à « Rivarol », hebdomadaire de la droite nationale (1951), puis journaliste au journal « L’Équipe », ses chroniques du Tour de France façonnèrent la légende de la grande boucle et rendirent célèbre cet écrivain auteur de nombreux romans dont Un singe en hiver qu’Henri Verneuil porta en 1962 à l’écran avec Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo). Tourner à gauche rue de Bagnolet et en face de l’église Saint-Germain-de-Charonne. Descendre la rue Saint-Blaise agréablement réhabilitée (à proximité des hautes tours dont la « Giralda » qui dépasse les 31 mètres qu’impose alors la réglementation). Place des Grès, prendre à droite la rue Vitruve, puis à gauche la rue Roger Bissière et entrer dans le square de la Salamandre (aux formes de ce petit batracien noir tâché de jaune). Le traverser. Sortir rue Paul- Jean-Toulet, puis à droite rue du Clos. Passer sous le pont de la petite ceinture, puis à gauche la rue des Maraîchers. Prendre gauche rue de la Croix-Saint-Simon et à droite la rue des Rasselins. Tourner à gauche rue d’Avron, à droite boulevard Davout, puis Porte de Montreuil.
3
Entrer dans Le jardin de la Gare-de-Charonne. Ne pas confondre ce jardin, réalisé sur l’emplacement de la gare de Marchandise « Charonne » de la ligne de petite ceinture, avec la gare de voyageurs « Charonne » reconvertie en salle de concert. Quitter le jardin, tourner à gauche rue du Volga, passer sous le pont de la petite ceinture et prendre à gauche la rue des Grands-Champs. Traverser la rue des Maraîchers (son nom comme celui de la proche station de métro rappelle le passé agricole de cette plaine). Bifurquer à gauche dans la rue des Pyrénées. Cette longue rue traverse d’est en ouest le sommet des buttes parisiennes de la rive droite du 20e. Virer à droite rue de la Plaine et à gauche rue Mounet-Sully. Entrer dans le square Sarah-Bernhardt (1844-1923, célèbre tragédienne ; le théâtre de la ville place du Châtelet portait le nom de l’artiste) créé sur l’emplacement d’une ancienne usine à gaz. Ce square très fleuri est typique des années trente avec, proche de la rue Buzenval, son abri décoré d’une belle mosaïque d’Apollon, dieu des arts. Passer devant l’obélisque de granite et quitter le square. Traverser en face le square Réjane, puis le large cours de Vincennes (à droite se dressent les colonnes du trône (1845), et restent à proximité les deux anciens bâtiments de l’octroi du mur des Fermiers généraux qui ceinturait Paris : édifié à la veille de la Révolution, ce mur sera rasé en 1860 lors de l’annexion par Paris des communes extra-muros) et tourner à gauche.
Prendre à droite le Passage de la Voûte, à gauche la rue de la Voûte et à droite la rue du Gabon. Traverser l’avenue de Saint-Mandé (sa largeur et ses immeubles cossus témoignent de son importance sociale lors de sa création). Prendre en face la Villa du Bel-Air (fin 2019, un tronçon de la Petite Ceinture sera ouvert au public jusqu’à l’avenue Daumesnil), à gauche le sentier de la Lieutenance, à droite le Boulevard Soult, puis à droite la rue Montempoivre.
Descendre à droite sur la promenade plantée qui longe à cet endroit la rue du Niger. La Coulée Verte René Dumont (1904-2001, agronome, premier candidat écologiste à l’élection présidentielle de 1974), long espace vert de 4,5 km créé en 1993, agrémenté d’arbres, de fleurs et de pelouses, qui suit le tracé de l’ancienne ligne de chemin de fer de Vincennes, de la Bastille à la Porte Dorée ; tantôt en hauteur comme au viaduc des arts, tantôt en tranchée. Prendre à gauche la rue Marie-Laurencin en direction du square Charles-Péguy (1873-1914) et, après les tables de ping-pong, tourner à droite pour la sortie rue Rottembourg. Il est possible de se rendre au fond du jardin dans un sentier nature et de longer le jardin pédagogique « Graine de partage ». Après cela, revenir aux tables de ping-pong pour quitter le square. Aller à droite rue Rottembourg, à gauche rue de la Vega et à gauche avenue Daumesnil.
En voir +

Descriptif

1
Entrer à gauche dans le parc (à gauche, le bâtiment WIP Villette, aussi nommé le Pavillon Villette). Continuer tout droit sous la galerie couverte (à gauche, la Cité des sciences et de l’industrie construite sur l’emplacement des anciens abattoirs), et passer le long de la sphère réfléchissante du cinéma « La Géode ». Emprunter la passerelle sur le canal de l’Ourcq. Aller tout droit, entrer à droite dans les jardins passagers, puis reprendre le cheminement sous la galerie.
Longer la vaste halle métallique (Mérindol, 1865-1867 ; ancien marché aux bestiaux). Comme les pavillons des halles de Baltard rasés en 1971-1972, cette halle et celle du Carreau du Temple témoignent de l’architecture métallique de la fin du xixe siècle.
Prendre à gauche avant la Fontaine aux Lions de Nubie (Pierre Simon Girard, 1863) qui servait d’abreuvoir au bétail arrivé à la proche gare « Paris-Abattoirs ». Quitter le parc en traversant l’allée du Zénith et en passant devant la Philharmonie de Paris (Jean Nouvel, 2015 ; reconnaissable à sa couverture d’écailles blanches et grises). Ce bâtiment que l’on remarque confirme la place de la musique dans ce parc : Cité de la Musique ; Conservatoire national supérieur de musique et de danse (Christian de Portzamparc, 1991) ; le Zénith édifié en 1983 à l’emplacement du chapiteau de l’hippodrome de Pantin sous lequel Barbara donna 25 représentations en 1981 ; et le Cabaret Sauvage aux spectacles variés. Traverser l’avenue Jean-Jaurès (église Sainte-Claire à droite) et poursuivre boulevard d’Indochine. Après l’avenue de la Porte-Brunet, continuer tout droit jusqu’à l’entrée du Parc de la Butte-du-Chapeau-Rouge (Léon Azèma, 1939 ; son importante dénivelée rappelle qu’il fut, comme les Buttes-Chaumont, une carrière de gypse). Prendre le premier chemin montant à droite, le suivre et profiter des points de vue avant de redescendre vers la sortie Sud du parc. Traverser le boulevard d’Algérie et poursuivre en face sur la promenade Amalia-Rodriguez (chanteuse populaire de Fado). Passer devant l’hôpital Robert-Debré et monter les quelques marches menant à l’église Notre-Dame de Fatima (1954 ; confiée à la communauté portugaise) et virer à droite dans le jardin. Longer le réservoir d’eau gazonné des Lilas (à quelques mètres, en retrait, le bâtiment des Archives de Paris). Continuer sur le boulevard Serrurier, emprunter sur la gauche la place Jules-Sénard, premier passage menant au jardin Serge-Gainsbourg (2010, réalisé sur la dalle de couverture du boulevard périphérique, recréant le lien entre Paris, les Lilas et le Pré-Saint-Gervais : vaste pelouse régénérée naturellement et bassin alimenté par les eaux de pluie ; hommage au créateur du « poinçonneur des Lilas »).
Traverser le jardin, passer devant le jardin partagé et se diriger vers le cinéma Lilas CGR.
2
Quitter le jardin Gainsbourg, tourner à gauche et traverser la place du Maquis-du-Vercors. Prendre l’avenue du Docteur-Gley, puis continuer en face avenue Paul-Meurice (à droite un espace réservé au cirque ; plus loin à gauche un court de tennis couleur de la terre battue). Traverser la rue Léon-Frapié et entrer dans le square du même nom. À la sortie, traverser la rue de Noisy-le-Sec et pénétrer en face dans le jardin Frida-Kahlo (anciennement : jardin de la Dalle-Fougères sur la couverture du boulevard périphérique) précédé d’un espace de glisse. Poursuivre sur la droite et entrer dans le square Emmanuel-Fleury (tout en courbes et aux remarquables tulipiers et séquoia géants ; sur la gauche, le minaret d’une récente mosquée implantée à Bagnolet). Tourner à droite dans l’allée centrale et quitter le square. À droite, voir un des vastes lycées en briques rouges édifiés lors de la destruction des « fortifs ». Descendre la rue Le Vau, bifurquer à droite rue Dulaure et entrer dans le square Séverine (surnom de l’écrivaine féministe Caroline Rémy, 1855-1920). Le traverser sur la droite et prendre les escaliers menant à la sortie.
Traverser l’avenue de la Porte de Bagnolet, le boulevard Davout et prendre à gauche la rue de Bagnolet. Poursuivre tout droit, pénétrer sur la gauche dans le jardin de l’Hospice-Debrousse (1982, 1 hectare sur les 56 de l’ancien parc du château de Bagnolet) et passer devant le pavillon de l’Hermitage. Quitter le jardin, traverser la rue des Balkans, la place Pierre-Vaudrey et faire le tour du square Antoine-Blondin (1922-1991 ; journaliste à « Rivarol », hebdomadaire de la droite nationale (1951), puis journaliste au journal « L’Équipe », ses chroniques du Tour de France façonnèrent la légende de la grande boucle et rendirent célèbre cet écrivain auteur de nombreux romans dont Un singe en hiver qu’Henri Verneuil porta en 1962 à l’écran avec Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo). Tourner à gauche rue de Bagnolet et en face de l’église Saint-Germain-de-Charonne. Descendre la rue Saint-Blaise agréablement réhabilitée (à proximité des hautes tours dont la « Giralda » qui dépasse les 31 mètres qu’impose alors la réglementation). Place des Grès, prendre à droite la rue Vitruve, puis à gauche la rue Roger Bissière et entrer dans le square de la Salamandre (aux formes de ce petit batracien noir tâché de jaune). Le traverser. Sortir rue Paul- Jean-Toulet, puis à droite rue du Clos. Passer sous le pont de la petite ceinture, puis à gauche la rue des Maraîchers. Prendre gauche rue de la Croix-Saint-Simon et à droite la rue des Rasselins. Tourner à gauche rue d’Avron, à droite boulevard Davout, puis Porte de Montreuil.
3
Entrer dans Le jardin de la Gare-de-Charonne. Ne pas confondre ce jardin, réalisé sur l’emplacement de la gare de Marchandise « Charonne » de la ligne de petite ceinture, avec la gare de voyageurs « Charonne » reconvertie en salle de concert. Quitter le jardin, tourner à gauche rue du Volga, passer sous le pont de la petite ceinture et prendre à gauche la rue des Grands-Champs. Traverser la rue des Maraîchers (son nom comme celui de la proche station de métro rappelle le passé agricole de cette plaine). Bifurquer à gauche dans la rue des Pyrénées. Cette longue rue traverse d’est en ouest le sommet des buttes parisiennes de la rive droite du 20e. Virer à droite rue de la Plaine et à gauche rue Mounet-Sully. Entrer dans le square Sarah-Bernhardt (1844-1923, célèbre tragédienne ; le théâtre de la ville place du Châtelet portait le nom de l’artiste) créé sur l’emplacement d’une ancienne usine à gaz. Ce square très fleuri est typique des années trente avec, proche de la rue Buzenval, son abri décoré d’une belle mosaïque d’Apollon, dieu des arts. Passer devant l’obélisque de granite et quitter le square. Traverser en face le square Réjane, puis le large cours de Vincennes (à droite se dressent les colonnes du trône (1845), et restent à proximité les deux anciens bâtiments de l’octroi du mur des Fermiers généraux qui ceinturait Paris : édifié à la veille de la Révolution, ce mur sera rasé en 1860 lors de l’annexion par Paris des communes extra-muros) et tourner à gauche.
Prendre à droite le Passage de la Voûte, à gauche la rue de la Voûte et à droite la rue du Gabon. Traverser l’avenue de Saint-Mandé (sa largeur et ses immeubles cossus témoignent de son importance sociale lors de sa création). Prendre en face la Villa du Bel-Air (fin 2019, un tronçon de la Petite Ceinture sera ouvert au public jusqu’à l’avenue Daumesnil), à gauche le sentier de la Lieutenance, à droite le Boulevard Soult, puis à droite la rue Montempoivre.
Descendre à droite sur la promenade plantée qui longe à cet endroit la rue du Niger. La Coulée Verte René Dumont (1904-2001, agronome, premier candidat écologiste à l’élection présidentielle de 1974), long espace vert de 4,5 km créé en 1993, agrémenté d’arbres, de fleurs et de pelouses, qui suit le tracé de l’ancienne ligne de chemin de fer de Vincennes, de la Bastille à la Porte Dorée ; tantôt en hauteur comme au viaduc des arts, tantôt en tranchée. Prendre à gauche la rue Marie-Laurencin en direction du square Charles-Péguy (1873-1914) et, après les tables de ping-pong, tourner à droite pour la sortie rue Rottembourg. Il est possible de se rendre au fond du jardin dans un sentier nature et de longer le jardin pédagogique « Graine de partage ». Après cela, revenir aux tables de ping-pong pour quitter le square. Aller à droite rue Rottembourg, à gauche rue de la Vega et à gauche avenue Daumesnil.
En voir +

Infos pratiques

 

FFRandonnée : www.ffrandonnee.fr - 01 44 89 93 93 - info@ffrandonnee.fr
FFRandonnée Paris : rando-paris.org - 01 46 36 95 70 - paris@ffrandonnee.fr

Mairie de Paris : www.paris.fr - 01 42 76 40 40

Avis

1 commentaire
Cedric 07/06/2021
Un privilège de pouvoir faire un GR aux abords immédiats de Paris, une possibilité de découvrir des lieux insolites mais honnêtement les 3 premières étapes, à savoir Porte de la Villette jusqu'à l'Avenue Daumesnil, ne présentent vraiment aucun intérêt. Le faire donc sur 3 jours suffit amplement
Donnez votre avis