Découvrez le RandoPass® et ses avantages exclusifs! GO!
Mon GR®

Le site de la
Randonnée Itinérante

GR® 70

Secrets de rando : le GR® 70 dans les traces de Stevenson

Vastes plateaux volcaniques du Velay, hautes terres rudes du Gévaudan, crêtes et vallées de la Cévenne des camisards, le GR® 70 est une aventure extraordinaire où chaque jour "le voyage de demain vous emportera corps et âme vers quelque autre paroisse de l'infini", disait R.L Stevenson. Retour sur les origines du GR® 70 - Chemin de Stevenson.

Amour et protestantisme

Jean Cavalier, chef camisardRobert Louis Stevenson n'a pas tout à fait 28 ans lorsqu'il entreprend ce voyage en pays cévenol à l'automne 1878. À cette époque, l'homme est en quête d'embrasser une vie d'écrivain bohème après qu'il ait consécutivement abandonné ses études d'ingénieur et renoncé, quelques années plus tard, à exercer son métier d'avocat. S'il prend l'initiative de prendre part à cette itinérance qui débouchera plus tard sur l'écriture du livre Voyage avec un âne dans les Cévennes, c'est pour une raison bien précise : effacer un chagrin d'amour avec Fanny Osbourne, une américaine de dix ans son ainée, artiste-peintre et vivant séparée de son mari volage. Une rencontre qui se déroule à l'été 76.

Entre Stevenson et Osbourne, le coup de foudre est immédiat, si bien que le mariage entre les deux amants apparaît comme une évidence. Hélas, toujours liée à son mari, Fanny Osbourne se voit contrainte de retourner aux États-Unis pour finaliser sa séparation et officialiser ultérieurement la leur. C'est ainsi qu'après plusieurs années de liaison amoureuse, ils prennent la décision de se séparer le temps d'un instant. Déçu et en proie au doute, R.L Stevenson choisit de s'isoler afin de réfléchir et qui sait, trouver la paix intérieure à laquelle il aspire. Il opte alors pour les Cévennes, une destination bien loin d'avoir été choisie au hasard ...

Issu d'une famille écossaise très protestante, Stevenson est en effet irrésistiblement attiré par le pays cévenol où jadis gronda la révolte des camisards, un soulèvement de paysans protestants apparu sous le règne de Louis XIV après la révocation de l'édit de Nantes en 1685 et qui dura jusqu'en 1711. Rien ne le laissait pourtant présager, tant l'écrivain se disait éloigné de toute problématique religieuse, au plus grand désarroi de ses parents à qui il confia en 1873 avoir perdu la foi. Mais partir sur ces terres restait un moyen d'aller chercher un peu de cette lutte âpre et sanglante qui a marqué son imaginaire d'enfant, bercé par les récits de sa nourrice décrivant les aventures des Covenanters d'Écosse, initiateurs d'un important mouvement politique et religieux au XVIIème siècle.


Quel sera le GR préféré des Français 2019 ? C'est à vous de voter !

Un âne et un homme

Stevenson s'en va donc, direction la Haute-Loire et la ville de Monastier-sur-Gazeille pour entamer son itinérance. Habitué à la randonnée depuis son plus jeune âge et ne souhaitant pas dépendre de la première auberge venue, il invente très rapidement le plus ingénieux des sacs de couchage multi-usages, « une sorte de long rouleau ou saucisson en bâche verte imperméable à l'extérieur et en fourrure de mouton bleue à l'intérieur. Commode comme valise, sec et chaud comme lit ». Puis, il fait l'inventaire de ce dont il a besoin. Parmi les éléments les plus cocasses, on peut relever un revolver, plusieurs plaquettes de chocolat, des boîtes de saucisses boulonnaises ou encore des bouteilles de beaujolais.

Au total, c'est une bonne centaine de kilos d'équipement qu'il devra supporter le long de son périple. Un poids bien trop important pour un homme seul et qui le contraint à acquérir une bête de somme pour l'accompagner. Sur la place du marché du Monastier-sur-Gazeille et après quelques recherches, il tombe finalement sur un âne qui semble faire l'affaire et portant le doux nom de Modestine. Il décrit l'animal comme « une chétive ânesse, pas beaucoup plus grosse qu'un chien, de la couleur d'une souris, avec un regard plein de bonté [...]. Il y avait autour de la coquine, quelque chose de simple, de racé, une élégance puritaine, qui frappa aussitôt [son] imagination ». Moyennant 65 francs germinal et un verre de cognac, il en fait son acquisition.

C'est ainsi que l'histoire de Stevenson et son âne dans les Cévennes démarre. Ensemble et en 12 jours, ils parcourront 220 kilomètres jusqu'à Saint-Jean-du-Gard. Les débuts ne sont pas faciles, l'ânesse n'en faisant qu'à sa tête : « Je vis le dénouement de la fable arriver rapidement lorsqu'il me faudrait porter Modestine », se désespère R.L. Stevenson ! Heureusement, au fil des jours, les choses s'arrangèrent.

Du voyage d'hier au chemin d'aujourd'hui

France, Gard (30), Cévennes à dos d'âne, Chemin de Stevenson. Crédit : Gilles RIGOULET / HEMISTout au long de son aventure sur ce qui se verra être le GR® 70, Stevenson nota soigneusement son récit de voyage dans un « petit livre » et rapporta un Journal de route en Cévennes, qu'il agrémentera de quelques éléments avant de le baptiser Voyages avec un âne dans les Cévennes. Ce journal, non dépourvu d'humour et d'autodérision, pourrait aujourd'hui être un inventaire des erreurs à ne pas commettre. Toujours est-il qu'après sa mort en 1894, ce récit connaît le succès et fait naître un engouement pour cette pérégrination.

Paul Arnal, un jeune pasteur et spéléologue de Florac fonde la même année le Club cévenol, dont le but est de promouvoir un tourisme respectueux de la nature et du patrimoine. Puis, en 1978 et sous l'égide de son président Philippe Joutard, ce club organisera le centenaire de l'expédition. L'itinéraire de l'écrivain, tiré des informations issues de son ouvrage, est alors balisé de deux traits bleus clairs croisés évoquant le drapeau de l'Écosse.

Plus tard, le tout nouveau GR® 70 est balisé et accompagné d'un topoguide édité par la FFRandonnée et Chamina. Avec un âne ou pas, partir aujourd'hui sur le GR® 70, c'est revivre les grands moments de la guerre des camisards, aller dans leur traces et tous ceux qui trouvèrent refuge en Cévennes dans les années quarante. Et surtout, c'est plonger au cœur des paysages et des ambiances qui ressemblent encore tellement à ceux que découvrit Stevenson il y a 140 ans...


 

Élisez le GR® préféré des Français 2019 !

Mon GR préféré

 

Lire aussi

 

Envie de randonner sur le GR® 70 ?

La FFRandonnée est éditrice de nombreux topoguides, disponible sur la boutique en ligne :

Topoguide GR® 70 - Chemin de Stevenson      

Publié le 29/10/2018