Découvrez le Pass GR® et ses avantages exclusifs! GO!
Mon GR®

Le site de la
Randonnée Itinérante

GR® 65

Randonnée sur les chemins de Compostelle : GR® 65 entre Aubrac et vallée du Lot

Le GR® 65 « Chemin de Compostelle » raconte plusieurs siècles de pèlerinage du Moyen Age au Xe siècle. Ceux qui l’ont emprunté soulignent sa dimension « méditative », voire spirituelle. Illustration avec quatre jours de randonnée, de l'Aubrac à Conques, étape majeure vers Compostelle.

MonGR - GR65 : plaine d’Aubrac. Crédit : Pierre Witt  - Hemis.fr
Jour 1 : de Aumont-Aubrac à Nasbinals

Veille de randonnée à Aumont-Aubrac, aux confins de l’Aubrac et de la Margeride. Les propriétaires du  gîte Les Sentiers fleuris ont reçu chaleureusement le randonneur et lui ont servi, pour le dîner, un inoubliable aligot à base de pommes de terre et de tome fraîche. Après la nuit et un copieux et tout aussi délicieux petit déjeuner, il est d’attaque !

Passée la Chaze-de-Peyre, le GR® 65 monte à travers bois et forêts. Après les Quatre-Chemins, voilà l’Aubrac et ses steppes herbeuses à perte de vue, ses landes à genêts et parsemées de roches granitiques. Les paisibles vaches de race aubrac participent de la grande sérénité du paysage. Traversée du lieu-dit « Lous Passadous » avant d’atteindre la ferme-auberge Les Gentianes, à Finieyrols. Le sentier se sent pousser des ailes dans de tels paysages et la toponymie chante la rugueuse harmonie de l’Aubrac : Puech das Ayres, Roc des Loups, Truc del Coucut, Sogno Crémado, Peyrogrosso….

Après trois kilomètres de route, Rieutort-d’Aubrac et Montgros. Puis, à Nasbinals, au gîte communal de la Maison Richard, rencontre avec Michel, pèlerin venu de Vézelay qui joue de l’harmonica tout en marchant. Au gîte, comme chaque soir, le chemin de Compostelle fabrique ou renouvelle sa légende en colportant des anecdotes de bouches à oreilles. Un plaisir de tous les instants alors que, demain, une rude étape attend le randonneur avec trente kilomètres et 700 mètres de dénivelés à avaler.


MonGR - GR65  : plaine d’Aubrac près de Nasbinals - Crédit : Fotolia
Jour 2 : de Nasbinals à Saint-Côme-d’Olt

Ce matin, départ sous la pluie. Bientôt, une draille mène à un col à 1368 mètres d’altitude, point le plus élevé ou presque du GR® 65. Ce chemin de transhumance pour les troupeaux remonte les immenses pâturages qui font le régal des vaches de race aubrac. Aux beaux jours, le tout forme une magnifique mosaïque de couleurs. Une flore riche de 1300 espèces s’y épanouit : gentiane jaune, arnica des montagnes, érythrone « dent de chien », jonquilles, narcisses… et le fameux calament à grandes fleurs ou « thé d’Aubrac ».

Après le col, entrée en Aveyron en descendant sur le village d’Aubrac. Ici, le randonneur bascule vers la vallée du Lot et le Rouergue. Il dévale 560 mètres de dénivelés en huit kilomètres pour atteindre Saint-Chély-d’Aubrac. Une fois le pont des Pèlerins franchi, le chemin file vers l’Estrade, avant de plonger dans une forêt de châtaigniers.

Arrivée en vue de Saint-Côme-d’Olt, direction le couvent de Malet, où, chaque année, une petite communauté de l’ordre des Ursulines propose gîte et couvert à quelque 5000 pèlerins. Cela ne date pas d’hier : depuis 1152, la communauté des moines hospitaliers d’Aubrac y assure l’accueil et la protection des voyageurs qui méditent sur le chemin de Compostelle.


MonGR - GR65 - village d’Estaing et son château -  Crédit : Jean-Daniel Sudres - Hemis.fr
Jour 3 : de Saint-Côme-d’Olt à Massip-Golinhac

L’étape du GR® 65 du jour prend le Lot pour fil d’Ariane. Sur ses rives desquelles s’égrènent trois villages joyaux : Saint-Côme-d’Olt, Espalion, Estaing. Le soleil perce lorsque le randonneur parvient à Espalion, « premier sourire du midi » que domine le château perché des seigneurs de Calmont d’Olt (883-1298). Le Pont-Vieux jette ses quatre arches en grès rose sur la rivière.

Voici enfin Estaing et son pont gothique qui enjambe le Lot. Ce fameux village, dont le nom provient d’une illustre famille du Rouergue et d’Auvergne, est classé parmi les plus beaux de France. Se succèdent maintenant grimpettes et raidillons qui rendent les jambes lourdes. Courage !

Après Massip, et juste avant Golinhac se présente enfin le gîte L’Orée du chemin. Bienvenue chez la famille Dissac qui gère l’endroit depuis 2007. La table est dressée, les pèlerins du soir s’y pressent, venus de tous les horizons. La soirée et la nuit s’annoncent bien.


MonGR - GR65   : Conques, église abbatiale Sainte-Foy du XI et XIIe siècle - Crédit : Jean-Marc Barrere - Hemis.fr
Jour 4 : de Massip-Golinhac à Conques  

La campagne aveyronnaise déroule ses hautes collines boisées piquetées de maisons en pierre grise. Traversées de Campagnac, du hameau du Soulié le bien nommé. Pause à Sénergues, avant qu’un chemin raviné et caillouteux nous fasse dégringoler sur Conques, halte majeure sur le chemin de Compostelle depuis le XIe siècle. Quelques pas dans une petite rue pavée, et, soudain, le joyau apparaît dans toute sa splendeur : l’abbatiale Sainte-Foy, chef-d’œuvre de l’art roman (XIe siècle), inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Le chevet et « la somptuosité de son élévation pyramidale » laissent deviner son « plan cruciforme à chapelles rayonnantes », le tout éclairé par les vitraux du peintre Pierre Soulages.

Gîte et couvert à l’Hôtellerie de l’Abbaye où l’accueil est chaleureux. Après le repas, Frère Jean-Daniel fait visiter l’abbaye à ses hôtes sans ménager ses effets et ses traits d’humour. Il est question du « Bien et du Mal », de la « pesée des âmes » et du « démon tricheur ».

Infos
pratiques

  • Accès : Aumont-Aubrac, village de Lozère, est accessible par la A75 (sortie 35), entre Saint-Flour et Saint-Chély-d’Apcher au nord, Marvejols et Millau au sud. Desservi par 3 lignes Autocars Lozère : ligne Mende – Clermont-Ferrand ; ligne Saint-Chély-d’Apcher – Mende – La Bastide ; ligne Saint-Chély-d’Apcher – Millau. www.autocars-lozere.com
  • Dénivelés : le GR® 65 ménage une mise en jambes pas trop dure le premier jour ; une ambiance « montagne » avec franchissement du col de l’Aubrac à 1 368 m d’altitude (300 m plus haut que Roncevaux) avant une sévère descente le deuxième jour ; une étape de récupération au fil du Lot le troisième jour ; un profil «tranquille» jusqu’à Conques le quatrième jour.
  • Caractéristiques : attention à bien refermer derrière vous les passages de clôtures sur les hauts pâturages de l’Aubrac, tout en respectant la tranquillité des troupeaux. 
  • Période : le GR® 65, et notamment cette partie « Aubrac », est praticable de préférence du début avril à la fin octobre. Le reste de l’année, le pèlerin randonneur peut rencontrer des difficultés d’hébergement, mais aussi de la neige sur les plateaux de la Margeride et de l’Aubrac, et dans les Pyrénées.
  • Balisage : blanc et rouge des sentiers GR®. Présence de panneaux directionnels. Il est quasiment impossible de se perdre en chemin sur le GR® 65.  
  • Topo-guide : « Sentier vers Saint-Jacques-de-Compostelle : Le Puy-Figeac », ed. FFRandonnée, réf. 651, 7e édition, 2014, 16,20 €.

 

Sites et numéros utiles

 

Publié le 11/05/2016