Découvrez le Pass GR® et ses avantages exclusifs! GO!
Mon GR®

Le site de la
Randonnée Itinérante

Les secrets d'un trekking réussi

Le développement des moyens de communication et les multiples destinations proposées par les professionnels du tourisme ont permis d’ouvrir de nouvelles contrées à nos désirs de randonnées et de trekkings.

Randonneur et porteurs sur le chemin d’un trekking, au Mustang (Népal). Crédit : HuwansPartir seul, entre amis ou bien en groupe

Réussir son trek représente une merveilleuse victoire sur soi-même et génère une brassée de souvenirs qui vous accompagneront pour toujours. Dans ce cadre, avoir recours à un voyagiste spécialisé présente moult avantages : logistique, simplification des formalités, guide d’accompagnement, dynamique de groupe. Mais aussi quelques inconvénients : surcoût, contraintes imposées par la vie de groupe. Si vous hésitez encore entre l’individuel et le groupe, tenez aussi compte d’éléments qui pourraient éventuellement vous perturber : le manque de repères dans un environnement inconnu ; l’isolement à cause de la barrière de la langue ; l’inconfort de la vie « spartiate » (hébergements rudimentaires ou bivouac, sanitaires sommaires…) ; le changement d’habitudes alimentaires ; l’eau quelquefois peu engageante (bouillie, filtrée ou additionnée de pastilles désinfectantes), etc.

En tout état de cause, si la cohésion du groupe est un soutien considérable pour traverser une mauvaise passe, gardez à l’esprit qu’il vous faudra vous gérer vous-même.

Avant tout engagement, une visite médicale s’impose

Votre médecin traitant évaluera votre forme physique, traitera les petits troubles qui pourraient vous handicaper pendant votre trek et contrôlera votre carnet de vaccinations. Si nécessaire, il vous prescrira également un traitement préventif contre le paludisme. Au demeurant, demandez-lui conseil pour le contenu de votre trousse de secours individuelle. Outre les médicaments habituels (en quantité calculée pour avoir une marge de sécurité), emportez des médicaments de confort - collyre, désinfectant intestinal, antibiotique à large spectre, pansements, etc. - et, pour un trek en altitude, un médicament de prévention et de traitement contre le mal aigu des montagnes (sans garantie d’y échapper). Enfin, n’oubliez pas de prendre un rendez-vous de contrôle chez votre dentiste avant d’embarquer.

Ça va la forme ?

Un trekking de durée et d’intensité moyenne est-il à votre portée ? Testez-vous ! Réalisez, sans être spécialement fatigué, un footing de 9 kilomètres en une heure ou 3 heures de montée avec une "verticalité" de 300 à 350 mètres par heure. Si le test n’est pas concluant et que vous en avez encore le temps, mettez-vous au vélo, au footing ou à la randonnée, si possible avec dénivelés.

Papiers, s’il vous plaît !

Préparez à l’avance : passeport, visas éventuels, carnet de vaccinations, cartes d’assurance et de rapatriement, moyens de paiement en quantité suffisante. Reste le problème des bagages : en fonction des conditions prévisibles du trek (climat, température, altitude, nature du terrain, maladies qui sévissent), prenez le temps de réfléchir à tout ce que vous allez devoir emporter sans dépasser la limite de poids autorisé et raisonnable. Informez-vous des restrictions des transporteurs aériens pour le poids et le contenu des bagages de cabine et de soute. Cela peut varier avec le temps.

Tutoriel en vidéo

>> A noter que vous pouvez retrouver un programme complet d'initiation vidéo à la randonnée, sur le site de l'association Sikana.